Skip to content


Croiz’y, le festival de Philippe Croizon

L’athlète Philippe Croizon, connu pour sa traversée de la Manche malgré son handicap, a lancé, il y a quelques mois, un festival de courts-métrages nommé Croiz’y. Il ne vous reste plus que deux mois pour y participer.

Affiche_Croizy1

Concept du festival Croiz’y

Il est la preuve vivante que rien n’est impossible. Philippe Croizon, touché par une ligne électrique de 20 000 volts à l’âge de 26 ans, a été amputé des quatre membres. Pourtant, il est aujourd’hui connu de tous, pour ses exploits sportifs encore inégalés. L’objectif du festival de courts-métrages Croiz’y ? Valoriser ce qu’il appelle le « handicap positif », soit transmettre l’idée que chacun peut avoir la force de passer au-delà du handicap. Avec l’aide des participants et de leurs vidéos, il souhaite donner du courage aux personnes ayant été blessées par la vie.

Participation et règlement

Pour participer au festival, il suffit de réaliser une vidéo de 3min maximum sur le thème du dépassement du handicap. Les films doivent être amateurs et tournés par des équipes de deux personnes minimum. Date limite de dépôt des vidéos sur croizy.fr : le 15 février 2015 (chacun peut choisir d’en mettre plusieurs en ligne). Les vidéos sont ensuite soumises aux votes des internautes. Les réalisateurs des vingts courts métrages ayant obtenu le plus de votes seront invités au Futuroscope les 28 et 29 mars 2015 pour participer au festival Croiz’y. Au total, 3 prix seront remis par le jury présidé par l’acteur Nils Tavernier :

  • 1er prix : 1000€ et une journée de tournage sur le prochain film de Nils Tavernier
  • « Prix spécial du Jury » : dotation de 500€
  • « Prix du public » : dotation de 500€

De nombreuses vidéos sont déjà en ligne, vous pouvez les visionner et voter en vous rendant sur ce lien.


Applications iPad pour enfants lourdement handicapés

Nous avons testés et recensé ici un certain nombre d’application pour iPad pour les très jeunes enfants mais également pour les enfants avec un lourd handicap. Ces applications sont extrêmement simples, le fait de toucher l’écran va produire une réaction visuelle et/ou auditive. Elle vont permettre de développer le principe de « Cause à effet » chez l’enfant.

1. Finger paint with sounds – Gratuit (iPad)

Finger-paint-with-soundsEn anglais mais fonctionne très en français, elle fait partie de nos préférées. Lorsque l’enfant touche l’ écran cela fait une trace de couleur avec différents sons.

Dès que l’enfant retire sa main de l’iPad, ça s’arrête.

Télécharger Finger paint with sounds



2. Baby Fingers – Gratuit (iPad)

baby-fingersEn anglais également, propose plusieurs possibilités assez simples. Le wagon avec une étoile donne un écran blanc, dès qu’on touche l’écran une forme + un son.   Tout à fait utilisable en français pour ce qui est du wagon « étoile ».

Téléchargez Baby Fingers


3. Sago Mini Sound Box – 2,69 Euros (iPad)

Sago-Mini-Sound-BoxNotre préférée parmi notre sélection. Lorsque l’enfant touche l’écran cela fait apparaitre des petites billes colorées avec des sons et parfois des « petites surprises ». Secouez l’Ipad pour effacer tout et recommencer.

Téléchargez Sago Mini Sound Box



4. Doigts Magiques Libre – Gratuit (iPad)

doigts-magiques-libreGraphismes en haute résolution pour écran Rétina, l’appli se compose d’un écran noir avec une musique de fond. Lorsque l’enfant touche l’écran diverses animations visuelles apparaissent. Sympa tout en restant simple avec plus de 50 effets graphiques différents.

Téléchargez Doigts Magiques Libre



5. Mon bébé piano – 0,89 Euros (iPad)

Mon-bébé-pianoLorsque l’enfant touche l’écran, l’iPad émet des sons, des vibrations et des images afin d’éveiller sa curiosité.

Téléchargez Mon bébé piano

 

 

 

Voila notre sélection, n’hésitez pas à laissez vos commentaires sur les applications ici ou proposer les vôtres.


Vidéo et handicap : concours « Tous Hanscène »

Et… ça tourne ! Mettre en image le handicap et sensibiliser la communauté estudiantine, tels sont les objectifs de cette 3e édition de « Tous Hanscène ».

Affiche-garyvity-200x300

Suite au succès des deux années précédentes, l’association Tremplin Etudes-Handicap-Entreprise, organisatrice du concours Tous Hanscène, a décidé de rempiler une troisième fois ! Comme pour les éditions passées, ce concours s’adresse aux étudiants affiliés à des établissements de l’enseignement supérieur dits Handi-accueillants (Universités, Ecoles de Commerce, Ecoles d’Ingénieurs, CFA, Lycées).

Comment ça marche ?

Les participants doivent constituer des groupes de 4 à 5 personnes et réaliser une vidéo de 2 à 3 minutes mettant en avant l’engagement de leurs écoles et universités en faveur du handicap. On recense cette année 6 catégories de films : humour, sport, vie quotidienne, emploi, culture, études. Côté réalisation, il n’y a pas de limites : clip, court-métrage… tout est possible ! Chaque vidéo sera ensuite mise en ligne sur www.toushanscene.fr et postée sur les réseaux sociaux ; ce sont les internautes qui les départageront. Attention, la date limite d’envoi des vidéos est fixée au 26 janvier 2015.

Les prix

La délibération du jury se déroulera entre le 30 mars 2015 et le 3 avril 2015 avec notamment des appareils photo numériques ou des abonnements d’un an au cinéma à gagner. Un prix du public sera donné à la vidéo ayant obtenu le plus de votes, le jury donnera un prix aux meilleures vidéos de chaque catégorie et un prix « Mobilisation Etablissement »récompensera les trois établissements ayant mobilisé le plus grand nombre de votants au sein de leur propre établissement (étudiants, professeurs, administratifs).

À vous de jouer !



Toulouse : l’art se mèle au handicap

Du 3 au 7 décembre prochains, les rues de Toulouse s’illustreront autour d’oeuvres originales réalisées par des artistes et des travailleurs handicapés.

Projet HandiArt Toulouse

Il est certain qu’elle vous surprendront si vous déambulez à Toulouse ! Au total, cinq sculptures d’un nouveau genre prendront place dans les espaces publics de la ville rose. Le projet, nommé HandiArt, est le fruit d’une collaboration entre plusieurs acteurs : le label ARTisTH, le studio de création Com’ci-Kom’ça, les artistes d’Art Book Collectif et les travailleurs handicapés de l’ESAT (établissements et services d’aide) Château Blanc.

Outre un travail en commun parfaitement orchestré, l’exposition HandiArt prône le lien social en mettant l’art et la culture à disposition du plus grand nombre. Les sculptures ont été pensées pour laisser place au libre-échange :

  • L’arbrolivre, un arbre bibliothèque devenant l’espace idéal pour échanger des livres
  • Milleplantes, un mille-pattes vache faisant office de bassin pour échanger des plantes aromatiques
  • Du mobilier urbain doté d’assises pour converser et parfois, d’une tablette centrale faisant office de table de jeu

gaia

Aux yeux de tous et grâce à HandiArt, les personnes handicapées deviennent ambassadrices d’un dynamisme économique et culturel pour la ville.

 


Handicap : 18e semaine pour l’emploi

À compter d’aujourd’hui et jusqu’au dimanche 23 novembre, toute la France s’anime pour favoriser la rencontre entre personnes handicapées, recruteurs et organismes agissant en faveur de l’insertion. Une manifestation organisée par l’Agefiph, le FIPHFP et L’ADAPT.

seph_logo

La 18e semaine pour l’emploi des personnes en situation de handicap tombe à pic. Depuis quelques temps, le chiffre concernant le nombre de chômeurs handicapés (428000 fin juin 2014) envahit les journaux ; il aurait doublé depuis 2007 et les associations réclament un plan d’urgence. Devenue LE rendez-vous incontournable de l’agenda social pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées, cette nouvelle semaine pour l’emploi se veut offensive : forums emploi, tables rondes, ateliers de coaching, visites d’entreprises… Et au delà des rencontres, sont également orchestrés :

  • L’Handichat : une web TV sur laquelle des dialogues avec les entreprises, les professionnels de l’emploi, mais aussi des témoignages et des conseils pratiques pour optimiser sa recherche d’emploi sont diffusés chaque jour.
  • Le Job Studio : un parcours pédagogique et personnel permettant d’apprendre aux personnes handicapées à présenter le meilleur d’eux-mêmes et à valoriser leurs compétences professionnelles pour réussir leurs entretiens.
  • L’action 1 jour 1 métier : une journée durant laquelle les entreprises privées ouvrent leurs portes à un demandeur d’emploi handicapé. Accompagné d’un salarié, il découvre un secteur d’activité.

Découvrez les manifestations organisées au sein de votre région et mettez toutes les chances de votre côté !


Paris : exposition « Piétinons les préjugés »

Du 7 au 9 novembre, sur le parvis de l’Hôtel de Ville à Paris, pénétrez dans une bulle remplie de mots et phrases évoquant des préjugés liés au handicap et piétinez-les !

PLP_web-version-A4

Le sujet du handicap draine de nombreux préjugés sociaux et professionnels. Trop souvent, dans l’inconscient collectif, il représente l’incapacité, la déficience et parfois même l’incompétence. Voilà pourquoi Deza Nguembock, fondatrice d’E&H Lab (une agence de communication spécialisée dans les thèmes de la diversité et du handicap) et elle-même atteinte d’une maladie depuis l’âge de 4 ans, lance « Piétinons les préjugés ». Via cette nouvelle campagne basée sur les codes du « street art », elle souhaite bouleverser les codes. Dans une bulle éphémère montée sur le parvis de l’Hôtel de Ville de la capitale, illustrations, animations, jeux interactifs, textes et sons permettront de sensibiliser le grand public et de dissiper les idées reçues sur le handicap. Par terre, un dispositif innovant mettra en exergue le titre même de la campagne. Marchez, sautez, roulez… vous déclencherez automatiquement des contenus multimédias projetés sur un écran et piétinerez les préjugés d’une façon aussi pédagogique qu’insolite.

Avec cette manière différente d’aborder les clichés, Deza Nguembock espère toucher un public large et obtenir un relais massif dans les médias. C’est tout ce que nous lui souhaitons également !

Exposition  »Piétinons les préjugés » : du 7 au 9 novembre - Place de la Libération - Parvis de l’Hôtel de Ville, 75004 Paris - M° Hôtel de Ville

Parrain de l’exposition : Jean-Louis GARCIA, président de la Fédération des APAJH


Court-métrage « Voile à l’aveugle »

Réalisé par l’association du centre de voile « Barrez la différence », le court métrage « Voile à l’aveugle » retrace l’apprentissage de la voile par Adrien, jeune garçon malvoyant de 17 ans.

Il n’aura fallu que quelques séances de navigation à Adrien pour réussir à mener sa propre barque… En rien sa malvoyance n’a été un frein ! Dans « Voile à l’aveugle », nous le suivons à travers ses cours de voile, 5 au total. Accompagné de Gilles, éducateur sportif handicapé et fondateur du centre nautique « Barrez la différence », Adrien s’initie aux joies de la mer. Dans cette vidéo pleine de partage, le handicap s’efface pour laisser place à la complicité et à la transmission. Ici, l’unique propos est de lever le voile sur les préjugés. ; « Barrez la différence », situé à Paimpol (Côtes d’Armor), affirme et confirme que la voile est à portée de tous.

« Voile à l’aveugle » est le deuxième opus d’une série de courts métrages intitulée « Voile et Handicap ». Le premier film, sorti en 2013, mettait en avant l’apprentissage d’Ilé, jeune autiste de 11 ans.


L’autisme expliqué en musique

Avec son clip « Mon univers à part » réalisé dans les rues de la capitale, Sophie Robert relève un défi majeur : illustrer l’autisme, un handicap parfaitement invisible.

L’autisme en deux mots

Chaque année, près d’un enfant sur 100 naît autiste pourtant, ce handicap est encore méconnu du grand public. Maladie neurologique, l’autisme entraîne des troubles du développement et se caractérise majoritairement par une interaction sociale déficiente. Handicap invisible, il entraîne, pour les personnes qui en sont atteintes, une double peine : la souffrance liée au trouble du comportement et la différence, source d’exclusions et de rejet de la part de la société.

Le clip : mise en scène originale et émouvante

Sophie Robert, réalisatrice déjà connue pour ses films « Le MUR » et « Quelque chose en plus », réalise ainsi le clip « Mon univers à part ». Son objectif : rendre compréhensible cette maladie et éviter des réactions de peur ou de mépris dues à la méconnaissance. Ici, les personnages déambulent dans les rues de Paris. Leur visage a été peint en bleu, couleur de l’autisme. Sous une apparence « extra-terrestre », ils s’avèrent, en réalité, être des personnes « extra-ordinaires » évoluant dans un univers différent et souvent dotées de grandes capacités intellectuelles.

Clip à découvrir sur Daylimotion en cliquant sur cette photo :

Mon univers a part


Belgique et handicap : nouveau « créneau » pour l’art…

En Belgique, les places de parking réservées aux personnes handicapées se transforment en œuvre d’art. Une idée inédite pour instaurer le respect de ces emplacements adaptés et éviter les abus des conducteurs valides.

Oeuvre de Simon Coussement et Bart Lodewijks

Oeuvre de Simon Coussement et de Bart Lodewijks

Des créations picturales au service du handicap !

Chaque année en Belgique, on dénombre plus de 40 000 amendes et sanctions pour stationnements abusifs sur des places réservées aux personnes handicapées. Ce chiffre trop élevé et preuve d’un grand manque de civisme a fait réagir le gouvernement flamand. Pour renverser la tendance, il lance un projet ambitieux tout à fait novateur nommé Parkeerkunst. L’idée : transformer les stationnements handicapés en œuvre d’art. L’objectif : occasionner une prise de conscience et faire respecter ces emplacements comme on respecte la création artistique.

Une opération réalisée dans plusieurs villes

Chaque réalisation originale sera faite par un binôme d’artistes, l’un handicapé, l’autre pas. L’opération compte déjà plusieurs duos et leurs œuvres s’inviteront dans les différentes provinces de Flandre et grandes villes belges dont ils sont originaires : Bruxelles, Bruges, Anvers… À savoir que les sociétés, institutions, établissements culturels, gouvernements locaux, dotés d’espaces de stationnement pour les personnes handicapées peuvent, s’ils le souhaitent, rejoindre l’initiative.