Skip to content


Toulouse : l’art se mèle au handicap

Du 3 au 7 décembre prochains, les rues de Toulouse s’illustreront autour d’oeuvres originales réalisées par des artistes et des travailleurs handicapés.

Capture d’écran 2014-11-21 à 12.18.20

Il est certain qu’elle vous surprendront si vous déambulez à Toulouse ! Au total, cinq sculptures d’un nouveau genre prendront place dans les espaces publics de la ville rose. Le projet, nommé HandiArt, est le fruit d’une collaboration entre plusieurs acteurs : le label ARTisTH, le studio de création Com’ci-Kom’ça, les artistes d’Art Book Collectif et les travailleurs handicapés de l’ESAT (établissements et services d’aide) Château Blanc.

Outre un travail en commun parfaitement orchestré, l’exposition HandiArt prône le lien social en mettant l’art et la culture à disposition du plus grand nombre. Les sculptures ont été pensées pour laisser place au libre-échange :

  • L’arbrolivre, un arbre bibliothèque devenant l’espace idéal pour échanger des livres
  • Milleplantes, un mille-pattes vache faisant office de bassin pour échanger des plantes aromatiques
  • Du mobilier urbain doté d’assises pour converser et parfois, d’une tablette centrale faisant office de table de jeu

gaia

Aux yeux de tous et grâce à HandiArt, les personnes handicapées deviennent ambassadrices d’un dynamisme économique et culturel pour la ville.

 


Handicap : 18e semaine pour l’emploi

À compter d’aujourd’hui et jusqu’au dimanche 23 novembre, toute la France s’anime pour favoriser la rencontre entre personnes handicapées, recruteurs et organismes agissant en faveur de l’insertion. Une manifestation organisée par l’Agefiph, le FIPHFP et L’ADAPT.

seph_logo

La 18e semaine pour l’emploi des personnes en situation de handicap tombe à pic. Depuis quelques temps, le chiffre concernant le nombre de chômeurs handicapés (428000 fin juin 2014) envahit les journaux ; il aurait doublé depuis 2007 et les associations réclament un plan d’urgence. Devenue LE rendez-vous incontournable de l’agenda social pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées, cette nouvelle semaine pour l’emploi se veut offensive : forums emploi, tables rondes, ateliers de coaching, visites d’entreprises… Et au delà des rencontres, sont également orchestrés :

  • L’Handichat : une web TV sur laquelle des dialogues avec les entreprises, les professionnels de l’emploi, mais aussi des témoignages et des conseils pratiques pour optimiser sa recherche d’emploi sont diffusés chaque jour.
  • Le Job Studio : un parcours pédagogique et personnel permettant d’apprendre aux personnes handicapées à présenter le meilleur d’eux-mêmes et à valoriser leurs compétences professionnelles pour réussir leurs entretiens.
  • L’action 1 jour 1 métier : une journée durant laquelle les entreprises privées ouvrent leurs portes à un demandeur d’emploi handicapé. Accompagné d’un salarié, il découvre un secteur d’activité.

Découvrez les manifestations organisées au sein de votre région et mettez toutes les chances de votre côté !


Paris : exposition « Piétinons les préjugés »

Du 7 au 9 novembre, sur le parvis de l’Hôtel de Ville à Paris, pénétrez dans une bulle remplie de mots et phrases évoquant des préjugés liés au handicap et piétinez-les !

PLP_web-version-A4

Le sujet du handicap draine de nombreux préjugés sociaux et professionnels. Trop souvent, dans l’inconscient collectif, il représente l’incapacité, la déficience et parfois même l’incompétence. Voilà pourquoi Deza Nguembock, fondatrice d’E&H Lab (une agence de communication spécialisée dans les thèmes de la diversité et du handicap) et elle-même atteinte d’une maladie depuis l’âge de 4 ans, lance « Piétinons les préjugés ». Via cette nouvelle campagne basée sur les codes du « street art », elle souhaite bouleverser les codes. Dans une bulle éphémère montée sur le parvis de l’Hôtel de Ville de la capitale, illustrations, animations, jeux interactifs, textes et sons permettront de sensibiliser le grand public et de dissiper les idées reçues sur le handicap. Par terre, un dispositif innovant mettra en exergue le titre même de la campagne. Marchez, sautez, roulez… vous déclencherez automatiquement des contenus multimédias projetés sur un écran et piétinerez les préjugés d’une façon aussi pédagogique qu’insolite.

Avec cette manière différente d’aborder les clichés, Deza Nguembock espère toucher un public large et obtenir un relais massif dans les médias. C’est tout ce que nous lui souhaitons également !

Exposition  »Piétinons les préjugés » : du 7 au 9 novembre - Place de la Libération - Parvis de l’Hôtel de Ville, 75004 Paris - M° Hôtel de Ville

Parrain de l’exposition : Jean-Louis GARCIA, président de la Fédération des APAJH


Court-métrage « Voile à l’aveugle »

Réalisé par l’association du centre de voile « Barrez la différence », le court métrage « Voile à l’aveugle » retrace l’apprentissage de la voile par Adrien, jeune garçon malvoyant de 17 ans.

Il n’aura fallu que quelques séances de navigation à Adrien pour réussir à mener sa propre barque… En rien sa malvoyance n’a été un frein ! Dans « Voile à l’aveugle », nous le suivons à travers ses cours de voile, 5 au total. Accompagné de Gilles, éducateur sportif handicapé et fondateur du centre nautique « Barrez la différence », Adrien s’initie aux joies de la mer. Dans cette vidéo pleine de partage, le handicap s’efface pour laisser place à la complicité et à la transmission. Ici, l’unique propos est de lever le voile sur les préjugés. ; « Barrez la différence », situé à Paimpol (Côtes d’Armor), affirme et confirme que la voile est à portée de tous.

« Voile à l’aveugle » est le deuxième opus d’une série de courts métrages intitulée « Voile et Handicap ». Le premier film, sorti en 2013, mettait en avant l’apprentissage d’Ilé, jeune autiste de 11 ans.


L’autisme expliqué en musique

Avec son clip « Mon univers à part » réalisé dans les rues de la capitale, Sophie Robert relève un défi majeur : illustrer l’autisme, un handicap parfaitement invisible.

L’autisme en deux mots

Chaque année, près d’un enfant sur 100 naît autiste pourtant, ce handicap est encore méconnu du grand public. Maladie neurologique, l’autisme entraîne des troubles du développement et se caractérise majoritairement par une interaction sociale déficiente. Handicap invisible, il entraîne, pour les personnes qui en sont atteintes, une double peine : la souffrance liée au trouble du comportement et la différence, source d’exclusions et de rejet de la part de la société.

Le clip : mise en scène originale et émouvante

Sophie Robert, réalisatrice déjà connue pour ses films « Le MUR » et « Quelque chose en plus », réalise ainsi le clip « Mon univers à part ». Son objectif : rendre compréhensible cette maladie et éviter des réactions de peur ou de mépris dues à la méconnaissance. Ici, les personnages déambulent dans les rues de Paris. Leur visage a été peint en bleu, couleur de l’autisme. Sous une apparence « extra-terrestre », ils s’avèrent, en réalité, être des personnes « extra-ordinaires » évoluant dans un univers différent et souvent dotées de grandes capacités intellectuelles.

Clip à découvrir sur Daylimotion en cliquant sur cette photo :

Mon univers a part


Belgique et handicap : nouveau « créneau » pour l’art…

En Belgique, les places de parking réservées aux personnes handicapées se transforment en œuvre d’art. Une idée inédite pour instaurer le respect de ces emplacements adaptés et éviter les abus des conducteurs valides.

Oeuvre de Simon Coussement et Bart Lodewijks

Oeuvre de Simon Coussement et de Bart Lodewijks

Des créations picturales au service du handicap !

Chaque année en Belgique, on dénombre plus de 40 000 amendes et sanctions pour stationnements abusifs sur des places réservées aux personnes handicapées. Ce chiffre trop élevé et preuve d’un grand manque de civisme a fait réagir le gouvernement flamand. Pour renverser la tendance, il lance un projet ambitieux tout à fait novateur nommé Parkeerkunst. L’idée : transformer les stationnements handicapés en œuvre d’art. L’objectif : occasionner une prise de conscience et faire respecter ces emplacements comme on respecte la création artistique.

Une opération réalisée dans plusieurs villes

Chaque réalisation originale sera faite par un binôme d’artistes, l’un handicapé, l’autre pas. L’opération compte déjà plusieurs duos et leurs œuvres s’inviteront dans les différentes provinces de Flandre et grandes villes belges dont ils sont originaires : Bruxelles, Bruges, Anvers… À savoir que les sociétés, institutions, établissements culturels, gouvernements locaux, dotés d’espaces de stationnement pour les personnes handicapées peuvent, s’ils le souhaitent, rejoindre l’initiative.


Trisomie 21 : le handicap se rap avec Shlass

Le rappeur Shlass met en ligne une chanson évoquant la trisomie 21. Elle est dédiée à sa fille…

La trisomie 21 est la première cause de handicap mental. À ce jour, on recense en France près de 65000 personnes atteintes de cette malformation congénitale. Il y a bientôt six ans, la fille du rappeur Shlass née, porteuse du chromosome surnuméraire (paire 21). C’est la raison pour laquelle, il a décidé de lui déclarer tout l’amour qu’il a pour elle dans une chanson intitulée « Mon saphir ». Si le rap se veut souvent virulent, voir agressif, le titre de Shlass est emprunt d’émotion : « 17/12/2008, le tournant de ma vie. Toute la souffrance d’un homme, heureux de la naissance de sa fille. […] Ma raison de vivre est atteinte de trisomie. [...] Ma détresse n’a d’égal que la force avec laquelle je t’aime. Tu comprendras que mes joies se noient sous l’étendue de ma peine… »

Chaque année, de nouveaux enfants atteints de trisomie 21 viennent au monde. Il y a quelques jours seulement, l’annonce d’un nouveau test de dépistage prénatal à l’aide d’une simple prise de sang, a été relayée par les médias.

 


Forum virtuel pour l’emploi Talents Handicap

Du 13 au 17 octobre prochains, rencontrez les recruteurs depuis chez vous grâce au forum virtuel Talents Handicap.

talents handicap

Depuis la première édition du forum virtuel, Handicap-job (partenaire officiel du forum) se joint à Talents Handicap pour aider les personnes en situation de handicap à retrouver un emploi dans des conditions accessibles à tous. De chez vous, face à votre ordinateur, réalisez des entretiens avec des recruteurs de la France entière. Chaque entretien est individuel et se fait dans les conditions d’un « réel » face à face. Vos besoins ? Une connexion internet et… c’est tout ! Pour participer, il suffit de vous inscrire et de préparer les éléments de votre candidature (CV, lettre de motivation, etc.). Vous pouvez dès aujourd’hui accéder aux offres d’emploi et uploader votre CV au sein de la Cvthèque. Et puisque chaque entretien se prépare minutieusement, des ateliers vous sont également proposés jusqu’au début des sessions de recrutement : aide à la rédaction du cv, recherche d’emploi sur les réseaux sociaux, optimisation des profils Viadeo et Linkedin, réussir son entretien à distance…). Profitez-en et augmentez vos chances de réussite.

Parmi les entreprises à la recherche de talents, retrouvez la Banque Populaire, AG2R, le Crédit Agricole, le Club Med, Saint Gobain, Lucien Barrière, Evian et plein d’autres encore.

À vos ordinateurs, l’emploi est à portée de clics !


Sexualité et handicap : exposition « À mon corps dérangeant »

Projecteurs sur l’intimité charnelle des personnes en situation de handicap. Du 26 septembre au 31 octobre, dans le 2e arrondissement de Paris, découvrez l’exposition photo « À mon corps dérangeant » de Jérôme DEYA.

a mon corps derangeant

Réalisée par Jérôme DEYA, photographe pour la presse humaniste et sociale, « À mon corps dérangeant », est une ode à l’amour. L’amour, cette émotion universelle que tout un chacun peut se laisser conter, quels que soient son apparence, son héritage et son handicap. Dans une série de photos (38 clichés exactement), Jérôme DEYA immortalise des instants d’intimité en pointant son objectif sur des corps « différents ». Avec une finesse exacerbée, il révèle au grand jour, un sujet encore tabou : la sexualité des personnes handicapées.

Par le biais d’un financement participatif et grâce à l’aide de l’APF, du CRéDAVIS, du CRIPS et de la FMH pour la première exposition, puis propulsée comme l’une des deux lauréates du concours Sophot.com, l’exposition est présentée pour la troisième fois cette année. Visible à la Galerie L’Œil Pense, dans un lieu de plain-pied, « À mon corps dérangeant » est accessible à tous.

Du 26 septembre au 31 octobre : Galerie L’Œil Pense, 12 rue Léopold Bellan, Paris 2 – Métro Sentier


Intel : un fauteuil roulant hypra connecté

La technologie bat son plein avec ce nouveau projet d’Intel : un fauteuil roulant connecté permettant de faciliter le quotidien des personnes à mobilité réduite.

Pour l’élaboration de son nouveau produit, Intel a choisi de collaborer avec le scientifique Stephen Hawking souffrant de la maladie de Charcot (maladie neurologique à évolution rapide). Ensemble, ils élaborent un tout nouveau genre de fauteuil roulant utilisant les nouvelles technologies : la « Connected WheelChair ».

Equipé de capteurs, le fauteuil sera capable de surveiller, en temps réel, l’état de santé du malade. Vérification de sa température, de sa tension artérielle, de son rythme cardiaque… tout sera sous contrôle et en cas de malaise ou de résultats inquiétants, les secours seront instantanément appelés. Autre fonctionnalité innovante : le fauteuil permettra au malade de connaître, selon le lieu dans lequel il se trouve, les établissements accessibles aux personnes à mobilité réduite qui l’entourent. Grâce à des technologies avancées, l’appareil sera aussi capable de mémoriser les différents obstacles rencontrés dans la rue, les boutiques ou au domicile du malade. Des arguments de poids pour ce fauteuil du futur.