Accueil Vie Sociale Culture et Loisirs Marseille : le street art au service du Handicap

Marseille : le street art au service du Handicap

6 min de lecture
1
0
779

L’incivilité positive vous connaissez ? C’est ce qu’a fait Philippe Echaroux, photographe et « Street Artist », à Marseille. Ancien éducateur spécialisé, il a gardé ce sens de l’autre, du respect, de la différence et l’a encore prouvé dernièrement. Un peu avant Noël, il réalise sous forme de vidéo, une opération de sensibilisation éphémère : la mise en place d’un « graff lumineux » géant dès l’instant qu’un automobiliste se gare de manière illégitime sur une place handicapée. Rencontre avec un artiste atypique.

philippe echaroux

Comment vous est venue l’idée de réaliser ce projet ?

J’ai cet idée un été, il y a longtemps déjà ; je devais avoir 20 ans. Nous avions vu avec un ami, une famille se garer sur une place handicapée sur un parking bondé du bord de mer. En les voyant sortir du véhicule, nous avons bien remarqué que personne ne semblait handicapé… Qui plus est, ils n’avaient pas le macaron ! Alors j’ai pris un marqueur que j’avais dans ma voiture et j’ai écrit « L’incivilité est-elle un Handicap ? » en plein sur le leur pare-brise ! Avec le Street Art 2.0 que je réalise désormais, j’ai toujours eu en tête de refaire cette opération avec plus de maturité 😉

Comment vous y êtes-vous pris ?

J’ai d’abord repéré un lieu. Je voulais une ruelle, pas un lieu passant, un endroit où l’on pense que personne ne nous voit… J’ai ensuite pris contact avec la personne habitant l’appartement qui me permettait de cacher le projecteur et de le placer de façon adaptée. Ensuite, nous avons décidé d’un soir, puis nous avons attendu…

Combien de temps êtes-vous resté dans cette rue ? Et combien de personnes se sont garées de façon injustifiée sur la place handicapée au cours de cette période ?

Nous avons fait cela trois soirs durant et nous avons eu trois automobilistes incivils, mais sachant que nous ne sommes arrivés qu’à la tombée de la nuit, je ne saurais dire combien de personnes se garent ici…

Et comment les « piégés » ont-ils réagi à la lecture du message « L’incivilité est-elle un handicap ? » ?

Ils étaient gênés, très gênés ! Ils nous répondaient qu’ils n’en avaient que pour 5 minutes…

En quoi cette sensibilisation vous tenait-elle particulièrement à cœur ?

Quand on a été éducateur spécialisé, cela reste gravé en vous ! Sensibiliser avec une forme plus pédagogique qu’agressive me semble important. J’ai la chance de faire un métier assez génial, alors dès que j’en ai la possibilité, je tiens à mettre les capacités que l’on développe au service de sujets qui me tiennent à coeur. Et le Handicap en est un !

Avez-vous d’autres projets de ce type en tête ?

Toujours ! Mais si je les raconte à l’avance c’est moins marrant 😉

Découvrez dès maintenant la vidéo de l’opération « L’incivilité est-elle un handicap ? » de Philippe Echaroux.

Charger plus d'articles dans  Culture et Loisirs

Un commentaire

  1. […] s’adressant aux conducteurs irrespectueux en Russie ou encore de l’opération de street art réalisée à Marseille, leur projetant le graff lumineux « L’incivilité es…. Cette fois-ci, direction le Mexique. Là-bas, près de 6 millions de personnes sont touchées par […]

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Handi’Valides, 4e édition

Samedi 7 octobre prochain, de 10h à 19h30, se déroulera pour la quatrième fois, la fête Ha…